Non classé

Interview Corinne Aubert « les émotions sont notre carburant, quand on les bloque la dépendance tient un rôle de pompier »

Corinne est thérapeute en libération des dépendances et des addictions. Ses thérapies sont brèves et basées sur la reprogrammation mentale. Installée à Nice et pratiquant également en visio, elle aide les personnes à se sortir de situations souvent critiques en travaillant sur les émotions. Son engagement et sa passion ont immédiatement résonnées en moi au cours de notre échange. Cette femme déterminée est tellement inspirante ! Je vous invite à découvrir notre échange ci-dessous.

Dites-nous en commentaire si vous essayez l’un des exercices sur la gestion des émotions qu’elle nous a proposé 🙂


Je t’invite à te présenter comme tu le souhaites

« Je m’appelle Corinne. Dès le plus jeune âge, je voulais étudier la psychologie pour finalement m’orienter vers un parcours commercial qui avait plus de sens pour mes parents !  J’ai exercé pendant 25 ans en tant que responsable commerciale en France et à l’étranger.

Je suis rentrée en France il y a 3 ans. Mon métier n’avait plus vraiment de sens pour moi. Je voulais faire quelque chose d’utile au monde à mon échelle…

Un jour, par curiosité, j’ai assisté à une séance de libération des dépendances à côté de chez moi. Dans la salle il y avait beaucoup de gens qui avaient un problème de dépendance et qui cherchaient des solutions. En voyant l’intervenante pratiquer, Sarah Nacass, j’ai eu un vrai déclic. J’ai su tout de suite que c’était ça que je voulais faire.

Le lendemain j’étais inscrite à la formation que le centre Adios proposait ! Je me suis formée pendant un an.

Aujourd’hui je suis installée comme thérapeute spécialisée dans la libération des dépendances et des addictions. »


Sur quelles addictions travailles-tu ?

« Je travaille sur les addictions aux substances : tabac, alcool, drogues, médicaments et sur les dépendances à des comportements. Par exemple, les troubles alimentaires (anorexie, boulimie, sucre),  mais aussi : jeu, sexe, travail ou encore la dépendance affective.

80% de la population étant dépendante à quelque chose de nocif j’ai potentiellement beaucoup de travail ! »


Pourquoi les addictions ?

« C’est quelque chose qui m’a touché car j’ai eu plusieurs dépendances. J’ai eu la cigarette, qui s’est reportée sur le sucre lorsque j’ai arrêté, puis les compléments alimentaires. Je n’étais pas du tout à l’écoute de mon corps. J’ai aussi été dépendante à mon travail et les achats compulsifs.

Ce qui se cachait derrière toutes ces petites dépendances c’était la dépendance affective. Cela m’empêchait d’être moi-même.

J’ai alors été suivie par une coach, j’ai fait du reiki, du magnétisme, de la réflexologie. Tout ça m’a redonné l’énergie pour sortir de mon engrenage et commencer à dire non à tout ce qui était toxique.

Tout s’est accéléré avec ma formation de praticien en reprogrammation mentale rapide. En effet, pour être un bon thérapeute il est nécessaire d’avoir fait son travail personnel de paix.»


Comment ça se concrétise dans ton travail ?

« Je pars toujours des émotions. Les émotions c’est notre carburant. Malheureusement, dans notre société on n’a pas le droit d’avoir des émotions.

Bien souvent la dépendance tient le rôle de pompier. C’est un comportement doudou qui nous permet de garder la tête haute ou de nous désinhiber comme l’alcool ou le cannabis. En consommant c’est comme si d’un coup on arrivait à être nous-même sauf que c’est artificiel et toxique… et très vite le circuit de la récompense s’installe jusqu’à la perte de contrôle.

La dépendance cache toujours un mal être ou un dysfonctionnement profond. Ce que je fais dans ma pratique c’est chercher la cause profonde, les déclencheur. C’est vraiment ça qui est la clé d’une libération durable et complète. »


En combien de séances accompagnes-tu tes clients ?

« Si c’est juste une douleur ça peut être réglé en 2-3 séances. Pour les autres dépendances on est sur un travail qui dure entre 2 et 6 mois. Ce qui est très rapide ! Dans les circuits classiques, ça peut prendre de 2 à 10 ans pour sortir des personnes de leur mal être. »


Quel conseil pourrais-tu partager à tout le monde ?

« Prenez le temps ! Prenez le temps de vous écouter, ne serait-ce que 5 minutes par jour. Juste pour écouter ce qui se passe à l’intérieur. Je parle ici de vos émotions. Que ce soit du silence ou un brouhaha de pensées qui partent dans tous les sens. Puis, au fil du temps observer ce qui se passe et écouter ses besoins.

Quand on commence à écouter ses besoins, notre corps comprend qu’on l’écoute. Il va alors commencer à nous dire ce qui le fait vibrer ! »


Ce sera déjà un premier pas vers le bien-être.

« Oui, c’est une première étape pour mettre un peu notre mental au repos. Comme on ne s’autorise plus l’oisiveté, on doit remplir chaque petit créneau de notre journée. On rencontre de plus en plus de gens qui se plaignent de leur fatigue mentale. Ils n’en peuvent plus de ce petit vélo qui ne s’arrête pas de tourner. Même le soir quand il faut s’endormir c’est difficile de lâcher toutes ces pensées.

Il est important de prendre ce temps à n’importe quel moment de la journée.»


D’ailleurs, pour les personnes qui sont beaucoup dans le mental et qui ont beaucoup de mal à s’endormir as-tu une autre astuce ?

« Bien sûr ! Je leur conseille de prendre un temps pour écrire sur une note tout ce qu’elles ont à faire le lendemain. Ces personnes sont tellement dans le mental qu’elles sont en train d’anticiper ce qui peut se passer le lendemain. Une fois sur le papier c’est sorti de la tête, ça vide le mental avant de dormir.

Aussi, elles peuvent penser à 3 choses positives qu’elles ont effectuées ou ressentit dans la journée. Ça leur permet de se coucher dans un état d’esprit positif et libéré du stress et de certaines émotions. »

Pour tou.tes celleux qui ont du mal à trouver le sommeil, retrouvez mon article à ce sujet ici.


En ce moment, j’ai quelques clientes qui se sentent limitées dans leur perte de poids, quel type d’exercice pourrait les accompagner ?

« Dans ce cas, on peut pratiquer la cohérence cardiaque. On trouve des tutos sur Youtube.

Cette pratique est reconnue par la Fédération française de cardiologie.

La cohérence cardiaque :

  • Fait baisser les taux de cortisol.
  • Augmente les taux de sérotonine et de dopamine, les hormones du bien-être.
  • Ça permet de réguler les taux d’insuline dans le sang donc très utile contre les fringales compulsives.
  • Ça régule aussi la tension artérielle.

Ensuite on boit un grand verre d’eau pour faire circuler !


L’autre exercice c’est d’accepter la situation et de se respecter intérieurement. C’est de se dire « Même si … je m’aime et je m’accepte comme je suis et telle que je suis ».

«  Même si j’ai tous ces kilos en trop que je n’arrive pas à perdre …

Ou encore

«  Même si je me sens grosse comme une baleine et que ça me prend la tête …

Et on répète 3 fois. Ça envoie un message à notre inconscient. Ça enlève la dualité à l’intérieur de nous et la frustration. Plus il y a frustration plus le corps en redemande.

Ça permet au mental d’arrêter cette pensée qui tourne en boucle.

Nous avons 60 000 pensées par jour et 90% sont identiques. Et si ces pensées sont négatives c’est comme se mettre en prison tout seul.

Accepter le mal-être permet de se libérer de cette prison. »


Un dernier mot sur tes aspirations ?

Ma finalité c’est d’accompagner un maximum de personnes qui ont envie de vivre dans une vie épanouie et en bonne santé. Des personnes qui ont envie de travailler avec quelqu’un qui comprend leur problème pour être passée par là avant eux, capable de leur apporter LA SOLUTION. Dans cette optique, j’aimerai m’appuyer sur une structure ou une plateforme de thérapeutes multidisciplinaires.

Je suis profondément convaincue qu’à plusieurs on est plus efficaces et beaucoup plus forts. Il ne peut pas y avoir de concurrence entre nous. Il y a tellement de personnes qui ont besoin d’aide que de toute façon on n’est pas assez de thérapeutes !


Vous pouvez retrouver Corinne sur sa page LinkedIn et sur son site internet.

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.