Sport et troubles digestifs
Alimentation,  Sport

Le sport et les troubles digestifs

Pourquoi les sportifs sont très souvent concernés par les troubles digestifs ?

Pour fonctionner correctement et jouer efficacement son rôle de barrière, la muqueuse intestinale doit être correctement irriguée. Parfois, elle ne l’est pas ou mal. Quand on la prive de sang, c’est ce qu’on appelle l’ischémie et c’est là que commencent les troubles digestifs. Ce phénomène est bien connu des sportifs d’endurance. Sur des longs efforts peuvent rencontrer des problèmes de diarrhées ou de saignements intestinaux après l’effort. J’en avais déjà parlé dans mon article publié sur mon blog : ICI


Les fragilités intestinales des sportifs d’endurance

Le sportif d’endurance est un athlète au pied d’argile, ou plutôt à l’intestin fragile ! En effet, lors de l’effort (long et intense), tout le sang est réorienté. Il part vers les muscles (pour les faire fonctionner) et vers la peau (pour réguler la température corporelle). C’est ce qu’on appelle l’ischémie : le système digestif n’est plus vascularisé. Si on a un système digestif un peu fragile ou susceptible on peut se retrouver très handicapé. Et ce, jusqu’à l’impossibilité de finir son épreuve car celui-ci ne supporte même plus de recevoir de l’eau.

C’est un sérieux problème de santé et de performance. En effet, l’athlète ne peut plus pratiquer son sport préféré sous peine de se mettre en danger.


Comment ça fonctionne ?

Pour que ça soit plus clair, on a dans notre intestin des soldats immunitaires. En fin de préparation ceux-ci viennent à manquer. Lorsque l’athlète est en fin de préparation physique, il atteint son pic de forme tant attendu. Il est alors au top de son niveau physique et en même temps il est extrêmement fragile. Un cycliste professionnel m’a un jour dit : « quand on est à notre pic de forme on joue à l’équilibriste sur une corde tendue et soit c’est la victoire soit c’est la blessure ou la maladie ». Il faut être très “affûté” pour améliorer les performances. Mais il faut également être assez fort pour finir l’effort, cet équilibre est un vrai combat. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle on dit que les courses d’endurance longues sont des courses d’expérience.

Leur système immunitaire est tellement affaibli qu’ils attrapent le moindre microbe qui passe et c’est la fin de l’aventure… Et ils ragent à cause de tous ces mois de préparation réduits à néant. Les probiotiques peuvent être précieux !


Quelles sont les solutions ?

Il faut évidemment passer d’abord par la case : réglage alimentaire.

L’alimentation est le premier pilier d’un tube digestif sain, c’est évident non ?

Ensuite, les compléments et les probiotiques sont la béquille indispensable pour sauver votre performance et profiter de tous ces mois de dure préparation le jour de l’épreuve !

Les bonnes souches : Bifidobacterium bifidum, lactobacillus acidophilus.


Naturopathe à Compiègne et en distanciel, je suis spécialisée en diététique et en gestion des troubles du sommeil. Je suis diplômée depuis mai 2021. J’exerce mon activité en partie au chalet de Jaux et en partie en visio. Je suis également détentrice d’une carte professionnelle d’activité de remise en forme me permettant d’accompagner les Compiégnois.e sur une reprise sportive bien encadrée. Clique ici pour en savoir plus.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Call Now Button